Des soins pour faciliter le dernier au revoir : le métier de thanatopracteur

Des soins pour faciliter le dernier au revoir : le métier de thanatopracteur

Lors d’un décès, le corps du défunt subit des transformations dues à l’arrêt de toute activité. Les soins de conservation donnent un aspect reposé au corps et permettent à la famille de se recueillir en toute sérénité lors de la présentation en chambre funéraire.

Il y a 40 ans, les soins de conservation sur les défunts étaient une pratique peu répandue en France. Une seule société proposait ce service en Vendée. Guy et Annie Lemarchand souhaitaient disposer de cette compétence au sein de l’entreprise et la pratiquer eux-mêmes, afin d’être réactifs et d’apporter un service de qualité aux familles. Diplômé en 1983, Guy Lemarchand est ainsi devenu le 1er thanatopracteur indépendant du département. Il a ensuite formé des thanatopracteurs pour renforcer l’équipe et répondre ainsi à une demande croissante de la part des familles.

Guy Lemarchand témoigne sur son métier : « La sensibilité qu’on avait pour nos familles, on la mettait au service du défunt. J’ai souhaité participer à l’évolution de ce métier pour que le défunt soit le mieux présenté possible à ses proches. J’ai fait partie du jury de thanatopraxie et j’ai créé un syndicat de thanatopracteurs. »

La thanatopraxie est une histoire de famille dans l’entreprise : arrivé en 2000, Ludovic Lemarchand a pris la suite de son père en obtenant, lui aussi, le diplôme de thanatopracteur. Aujourd’hui, les établissements Lemarchand emploient 4 thanatopracteurs qui exercent sur les 12 agences en Vendée et en Loire-Atlantique. Ils sont tous titulaires du diplôme national de thanatopraxie.

La formation de thanatopraxie est composée d’une partie théorique d’une durée de 9 mois, portant sur l’étude de l’anatomie humaine, et d’une formation pratique d’environ un an en entreprise.

Le métier de thanatopracteur consiste à :

  • redonner au corps l’aspect qu’il avait de son vivant, en enlevant les stigmates de la mort ;
  • injecter une solution à base de formaldéhyde pour la conservation du corps ;
  • lui offrir une physionomie naturelle, semblable à celle d’un corps reposé ;
  • le coiffer et l’habiller.

Une fois les soins terminés, le défunt est présenté en salon funéraire afin que les proches puissent se recueillir. Le maître de cérémonie intervient ensuite pour l’organisation des obsèques.

2020-08-07T14:10:33+01:00